Pénibilité du travail: la société Renault reconnue responsable d’une «faute inexcusable»

La Cour d’appel de Versailles a reconnu, ce jeudi 10 mai, que la société Renault était responsable d’une « faute inexcusable » qui a poussé l’un de ses salariés à se suicider en 2007. A 45 ans, Hervé Tizon avait été retrouvé noyé aux abords du Technocentre Renault de Guyancourt. Et ce n’était pas le première fois qu’il tentait de mettre fin à ses jours à cause de la pénibilité de son activité. La justice reproche au constructeur automobile français de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour améliorer les conditions de travail de son collaborateur. L’avocat de sa famille, Me Jean-Paul Teissonnière revient sur cet arrêt de la Cour d’appel.

La justice a accordé au père de la victime la somme de 30 000 euros à titre de dommages et intérêts pour préjudice moral. Elle prend également en compte la souffrance personnelle du salarié avant son suicide en octroyant 5 000 euros pour chacun de ses ayants droit à titre d’indemnisation.

RFI

Les commentaires sont fermés.