Rentrée des classes : quel cartable acheter à votre enfant ?

Par Stéphane Demorand sur Le Point.fr http://www.lepoint.fr/education/rentree-des-classes-quel-cartable-acheter-a-votre-enfant-27-08-2018-2245998_3584.php

Le choix d’un cartable est fondamental pour le confort de l’enfant et la protection de son dos. Devant une offre pléthorique, quel modèle faut-il préférer ?

Le poids du cartable ne devrait pas exceder 10 % de celui de l'enfant. On en est loin trop souvent.
Le poids du cartable ne devrait pas excéder 10 % de celui de l’enfant. On en est loin trop souvent.

© LOIC VENANCE / AFP

Choisir un cartable pour son enfant dépasse la simple considération esthétique, et l’enjeu repose avant toute chose sur la prévention du mal de dos. Entre 50 et 60 % des collégiens déclarent souffrir du dos, et la question du cartable, même si elle ne doit pas être traitée isolément des autres causes, est bien une question fondamentale dans la lutte contre le mal de dos de nos enfants.

Avec ou sans roulettes ?

Le premier dilemme auquel les parents sont confrontés est celui du choix de la technologie : faut-il opter pour un modèle avec des roulettes ? La réponse est catégorique et sans appel, n’achetez pas ce type de cartable, car le mécanisme l’alourdit. C’est un enjeu majeur, le poids d’un cartable ne devant pas dépasser 10 % du poids du corps de l’enfant. Un enfant de 30 kilos ne devrait donc pas voir le poids de son cartable excéder 3 kilos. Or, certains cartables pèsent 5 kilos à l’école primaire, et ce chiffre monte d’une façon vertigineuse à l’entrée au collège où le poids dépasse allègrement la barre des 10 kilos.

Dans ce contexte, la chasse aux grammes inutiles devient un enjeu d’importance, raison pour laquelle il faut absolument bannir les cartables à roulettes. En outre, il n’est pas très physiologique de marcher en tirant le cartable sur ses roulettes, cela empêche le balancement naturel des bras et induit des tensions importantes dans les vertèbres cervicales ainsi que dans le membre supérieur qui tracte le cartable.

L’importance du réglage

Le portrait-robot du cartable idéal est le suivant : il doit posséder des bretelles larges et renforcées de mousse afin de répartir les charges sans cisailler les épaules. La longueur du cartable ne doit pas dépasser la largeur du dos de l’enfant afin que les bras puissent librement balancer d’avant en arrière au cours de la marche.

Le réglage des bretelles est un élément majeur de confort et de prévention contre les douleurs rachidiennes. Si le cartable est porté trop bas, il aura tendance à déporter le centre de gravité de l’enfant vers l’arrière et à augmenter les contraintes sur les vertèbres lombaires. Il est donc fondamental que le cartable soit positionné au niveau de la cage thoracique, c’est la raison pour laquelle les sacs à dos sont déconseillés chez les jeunes enfants, car ils tombent trop bas dans le dos.

Les enfants aussi ont mal au dos

Le scandale du poids du cartable, s’il est d’importance, ne doit pas occulter notre responsabilité collective vis-à-vis du mal de dos de nos enfants. Ainsi, l’aspect purement technique du choix d’un cartable n’exonère pas de considérer les autres facteurs pouvant concourir au mal de dos. Force est de constater que rien n’a changé depuis des décennies, malgré les signaux d’alerte émis par les professionnels de santé. Les cartables sont toujours aussi lourds, les casiers trop peu nombreux, et l’avènement du livre numérique promis il y a quelques années semble encore une lointaine perspective…

En outre, la question de la posture en classe n’est que rarement abordée, et ce, malgré d’excellentes initiatives, telles que M’ton dos lancé par des kinésithérapeutes. Nous pourrions ainsi discuter de l’ergonomie du matériel scolaire, mais aussi du réel besoin de former élèves et enseignants à la bonne posture chez des élèves qui passent parfois plus de quatre heures par jour assis en classe. Le fléau du mal de dos de nos jeunes ne pourra être enrayé que si toutes les composantes du sujet sont traitées parallèlement.

Les commentaires sont fermés.